Pompe à chaleur : quelle puissance choisir ?

Se chauffer au moyen de l’énergie fournie par son environnement intéresse de plus en plus de particuliers, tant la solution est avantageuse : très économique et non moins écologique. Pour obtenir cette énergie et la transmettre vers les installations de chauffage, il faut une pompe à chaleur (PAC). Ce dispositif existe en des modèles très variés, munis de technologies différentes. Il faut toutefois choisir un modèle qui répond aux besoins thermiques de son logement et des occupants. Quelle puissance faut-il donc choisir ?

Réaliser un bilan thermique avant d’acheter sa PAC

Il est important de choisir une pompe à chaleur dont la puissance répond réellement à ses besoins afin de profiter d’une meilleure performance et prolonger sa durée de vie. En effet, si elle est trop faible, la pompe à chaleur réduit les économies qu’il est possible de réaliser et oblige les occupants à recourir à un chauffage d’appoint. Choisir une pompe trop puissante les conduit en revanche à payer plus cher qu’il ne le faut, avec un matériel onéreux, des frais d’installation élevés et éventuellement, une augmentation du tarif de l’abonnement auprès des fournisseurs d’énergie. Mais comment trouver ce juste milieu ? Pour le savoir, la première chose à faire est de réaliser un bilan thermique. Cette démarche consiste à analyser le système de chauffage du logement concerné, ainsi que les équipements pouvant influer sur sa consommation énergétique : le type de sols, le type de vitrages, le système de ventilation, les matériaux de construction ou l’orientation du logement. À l’issue de cette analyse, il est possible de connaître de façon exacte les besoins de l’habitation et de déterminer la puissance calorifique qu’il faut pour obtenir une température ambiante adaptée aux occupants. pompe a chaleur

Pompe à chaleur : eau, air ou sol ?

La pompe à chaleur à air (aérothermie) fonctionne avec les calories captées dans l’air, qu’elle convertit ensuite en énergie. Elle peut fournir l’énergie nécessaire pour chauffer un logement entier, en été comme en hiver. Ce type de pompe a également l’avantage d’être peu coûteux et facile à installer. La pompe à chaleur à eau va, pour sa part, puiser l’énergie depuis les nappes phréatiques ou une source d’eau à proximité de la maison. L’avantage est que les nappes phréatiques ont une température constante. La pompe à chaleur offre ainsi un bon rendement. Il existe également la pompe à chaleur sol, utilisée pour la géothermie. Elle utilise des capteurs enterrés, qui lui permettent de puiser l’énergie dans le sol. Avec une bonne installation, celle-ci procure une température optimale, et peut également s’associer à un autre système de chauffage. Elle est d’ailleurs réversible, et peut puiser la fraîcheur du sol en été pour rafraîchir la température ambiante. Quel que soit le modèle choisi, il est possible d’accéder à des aides financières telles que le crédit d’impôt pour l’achat et l’installation de la pompe à chaleur.

Pompe à chaleur monovalente ou bivalente ?

La PAC monovalente est conçue pour répondre à l’intégralité des besoins en énergie d’un logement. Elle est notamment conseillée pour les maisons chauffées par géothermie ou aquathermie, et peu recommandée pour l’aérothermie. Plus puissante, elle va en effet fonctionner par à-coups durant la mi-saison, ce qui limite sa durée de vie en aérothermie. La pompe à chaleur bivalente fonctionne, quant à elle, avec l’aide d’un autre système de chauffage. Selon le cas, ce dernier peut fournir l’ensemble de l’énergie nécessaire pour chauffer la maison ou travailler en complémentarité avec la PAC. Dans ce cas, la pompe à chaleur fournit 70 à 80 % de l’énergie utilisée. Quoi qu’il en soit, les conseils d’un professionnel seront toujours nécessaires. Seul celui-ci sera en mesure de déterminer la technologie et la performance adaptées au logement, et se chargera également de l’installation.

Rappelez moi